img-20161004-wa000

NOUVELLE DE L’ÉCOLE NOUVELLE HORIZON DE DUVERGER

Bonjour chers amis de Duverger,

Je vous écris ce courriel,  en réponse à ceux qui m’ont écrit pour demander des nouvelles et aux autres qui allaient m’écrire pour en demander.

Tout d’abord, en Haiti la situation n’est pas très jolie.  Beaucoup de dégâts matériels sur toute l’étendue du territoire national. Le bilan n’est pas complété, mais il sera lourd.  La presqu’ile sud du pays est le plus touché, plusieurs villages sur les côtes ayant disparu sous les effets des vagues et du vent.

Pour Duverger, spécifiquement, j’ai eu la chance de parler à mon cousin et au directeur de l’école aujourd’hui.  Tout d’abord, une bonne nouvelle : pas de morts, pas de blessés.

Mais le village a été sévèrement touché.  Plusieurs maisons sont soit détruites complètement, soit elles ont perdues leur toit de tôle avec la fureur des vents. Plusieurs personnes se sont réfugiées à l’école, mais étant donné que les fenêtres avec les briques ne sont pas étanches, il y a eu de l’eau dans les salles de classe, incluant la classe dans laquelle résident les professeurs.

Il y a de la solidarité qui s’exerce entre les voisins.  Boss Sourite a pu accueillir plusieurs familles dans sa maison qui a résisté. Il y a plusieurs arbres dans la cour d’école qui sont tombées, dont le fameux cocotier.  Heureusement, ils sont allés vers la ravine et ont donc épargné le toit de l’Agora.

L’École est fermée, au moins pour la semaine. On va surveiller la situation et voir le moment propice pour faire le ménage des classes et espérer ré-ouvrir. Aux dernières nouvelles, il pleuvait encore à Duverger ce matin et c’est supposé continuer pour plusieurs jours encore selon les météorologues.

Nos professeurs et professeures, majoritairement originaires des Cayes, sont très anxieux car ils n’ont pas pu encore établir le contact avec leur famille.  Les routes sont non praticables, le transport n’a pas repris, les communications sont difficiles car plusieurs antennes des compagnies de cellulaire sont hors d’usage.

Plusieurs me posent la question s’il y a quelque chose qu’ils peuvent faire. Honnêtement, la réponse est oui, quoi: je ne le sais pas.  Il est certain que notre village aura besoin de se retrousser les manches pour s’en remettre.  Notre rôle sera de continuer à les soutenir et à les accompagner dans leurs démarches. Le support est requis dans le court terme, mais , à mon avis, surtout à moyen terme, pour ces gens qui auront perdu leurs récoltes et surement aussi beaucoup de bétail.

Merci à tous pour votre soutien à notre village, nos familles  nos enfants dans ces moments difficiles.

Bien à vous,

Rodrigue

rodrigue.bauge@gmail.com

514-269-3895

Ajoutez un commentaire